Blog Littéraire - La nuit des chamans de Luis Ansa - Suivre sa Joie - Saskia Parein

Un séminaire regroupant plusieurs chamans péruviens et toltèques, des ethnologues et un moine franciscain au Mexique. Présenté comme cela, on pourrait se dire que ce livre raconte une banale rencontre entre amis. Or, ce qu’ils s’apprêtent à vivre est hors du commun, extraordinaire ! Il s’agit d’un voyage initiatique au cœur d’eux-mêmes.

Dans La nuit des chamans, Luis Ansa s’inspire largement de sa propre vie. Il écrit de manière poétique ses impressions lors des péripéties avec ses frères et sœurs chamans. 

Toujours très proche de ses ressentis, Luis Ansa les décrit de manière si précise qu’il est possible pour le lecteur de se glisser dans la peau de l’auteur afin de vivre, lui aussi, les aventures de celui-ci. 

Les passages qui m’ont tout particulièrement fascinée sont ceux décrivant ce qu’est un chaman. Intriguée par la connaissance ancestrale de ce dernier, voici une compilation des extraits relevant : « Un chaman, c’est un homme ordinaire qui a été formé rudement par plusieurs instructeurs afin de purger sa personnalité de tout pouvoir émanant de lui-même. Un homme qui est passé par différents décrassages, qui a subi un retournement, une métamorphose totale de son esprit avide et possessif pour pouvoir accéder au mystère et y être apte (…) A ses yeux, sa créature et sa personnalité sociale n’ont aucune importance propre. La seule chose qui compte pour lui est d’être un intermédiaire responsable au service du Grand Esprit ou de ce principe absolu que vous appelez Dieu (…) Chez nous, il n’y a pas de vie spirituelle séparée de la vie du corps, des sentiments et de l’existence ordinaire de tous les jours. Nous, êtres humains, sommes confrontés à une seule expérience : la vie, la vie une et indivisible qui émane d’une seule et même source (…) Le chaman sait qu’il n’est lui-même qu’un lieu en formation, un esprit matérialisé, une extraordinaire aventure charnelle et amoureuse, un phénomène issu d’un désir passionné du Grand Esprit. C’est pour cela qu’il devient creux. Ceux ou concave (…) Comment le chaman devient-il ce lieu ? En délivrant le mental de tout désir de mérite. En renonçant absolument à toute idée de récompense ou de châtiment. En un mot, en mettant à mort la souffrance (…) Les contacts avec les chamans m’ont appris en premier lieu à être dans le voir, collé à la sensation de mon corps, ressentant et aimant tout ce que je perçois ». 

Quant à l’exercice pratique qui m’a mis le plus en Joie, le voici : « Avant de me coucher, je fais mes ablutions spirituelles, afin de ne garder de cette journée que ce qui est positif pour moi » (pour ma part, je rajoute une petite touche personnelle en demandant de ne retenir que ce qui m’appartient et qui est positif). Ah, Luis Ansa, vous êtes définitivement mon guide spirituel favori.

Autres articles disponibles ...

La grâce n’est pas réservée à Mozart : chacun peut y aspirer, pour peut qu’il croie en lui-même et en sa propre musique intérieure. Véritable hymne à l’amour, ce livre nous engage à voir au-delà des chemins tout tracés et nous ouvre à la poésie du monde, au côté subtil de la vie.

Lire la suite...

La perte d’un animal de compagnie peut être une expérience douloureuse. Et pourtant, Les animaux ne meurent pas examine leur départ au plan spirituel et explore le processus de la mort en s’appuyant sur les points de vue respectifs des animaux et de leurs maîtres.

Lire la suite...

Commentaires

Denise

3/11/2017
/
11:20 pm

Je retiens qu il faut se souvenir des événements positifs de la journee qui occulteront les circonstances négatives.

C'est un excellent remède.

Découvrez...