Blog Littéraire - La joie de Charles Pépin - Suivre sa Joie - Saskia Parein

« La joie annonce toujours que la vie a réussi, qu’elle a gagné du terrain, qu’elle a remporté une victoire : toute grande joie a un accent triomphal » Bergson, L’énergie spirituelle

La joie de Charles Pépin est un hymne à la… Joie. Clairement, il démontre qu’il est possible de porter une vision différente sur l’existence, peu importe les épreuves rencontrées. 

Solaro est un homme ordinaire. Sauf qu’il est un peu plus que ça quand même. Il est joyeux ! En effet, il fait preuve d’une Joie à toute épreuve. Mais vraiment TOUTE épreuve. A chaque fois qu’il en rencontre une, encore plus dramatique que la précédente, on se dit « Là, il va craquer, ce n’est pas possible autrement ». Et non. Il reste fidèle à lui-même et à sa philosophie de vie joyeuse. 

Quand je vous dis qu’il est joyeux, ne vous imaginez pas une espèce de bêta avec un sourire niais qu’on aurait envie de baffer à longueur de journée. C’est beaucoup plus subtile que cela. Grâce à sa manière toute personnelle d’envisager les événements, on se rend compte que peu importe ce qu’il nous arrive, avec une base solide fondée sur la Joie, on s’en sort mieux « Elle ne sait pas que cela ne sert à rien, quand le malheur sonne à la porte, de lui ajouter la tristesse ou la plainte ». 

Sans vous dévoiler l’intégralité du récit, le protagoniste principal enchaîne les événements tragiques. Aux travers de ceux-ci, il démontre le décalage, non le fossé, qui réside entre lui et le reste des personnages qu’il côtoie, soit la majorité de la population.  S’il ne vous convainc pas d’adopter la même sagesse que Solaro, Charles Pépin vous amènera de toute manière à reconsidérer votre point de vue sur les étapes que vous rencontrez.

Commentaires

Soyez la première ou le premier à mettre un commentaire !

Autres articles disponibles ...

Churla est une Indienne descendue des hauts-plateaux boliviens où vit encore ce qui reste du peuple Ayamara. Dès l’âge de sept ans elle fut initiée à l’art traditionnel des kalawayas (chamanes). Elle a également suivi des études de médecine, ce qui est exceptionnel pour une fille de paysans pauvres.

Lire la suite...

Véronique Aïache

La quiétude serait-elle un art ? A en croire Véronique Aïache, oui. Et qui le détient ? Les chats, assurément. Cet ouvrage nous livre les clés pour observer et comprendre les chats. Ils deviennent alors nos guides vers un équilibre parfait entre le monde extérieur et la paix intérieure.

Lire la suite...

Découvrez...