Blog Littéraire - Ce soir, la lune était ronde d'Arnaud Riou - Suivre sa Joie - Saskia Parein
« Lorsque je dis oui à l’imprévu, j’ai l’impression de dire oui à la vie ».

Directement après avoir lu Réveillez le chaman qui est en vous, j’avais envie de continuer de m’imprégner de l’énergie d’Arnaud Riou. C’est pour cette raison que je me suis procurée son dernier roman Ce soir, la lune était ronde.

Ce bouquin raconte l’histoire de Thomas, acteur parisien un peu paumé dans sa vie, aussi bien du côté sentimental que professionnel. Suite à l’invitation d’une comédienne chamane avec laquelle il a joué dans le passé, il explore notamment son ombre et entame une réelle métamorphose lors d’une retraite.

J’ai dû lire ce livre en… deux-trois jours !? Basé sur la philosophie chamanique, certains passages m’ont particulièrement parlé :

« Nous créons notre propre réalité à partir de nos croyances et à partir du filtre déformant de nos cinq sens. Nos sens sont trompeurs (…) Le monde extérieur est le reflet de ton monde intérieur. Si tu considères que le monde est injuste, que dans la vie on ne fait pas ce qu’on veut, tu attireras à toi les scénarios et les protagonistes qui le confirmeront ».

Un passage en particulier a suscité chez moi comme un sentiment de déjà-vu :

« Nous cherchons l’approbation de nos enseignants, la tendresse de nos parents, l’affection de nos amis. Nous ne nous contentons pas de nous adapter, nous nous suradaptons. Nous cherchons à faire plaisir, à être polis, gentils. Nous acceptons ce plat pour ne pas faire de peine à la cuisinière, cette invitation pour ne pas décevoir nos hôtes, nous recevons nos beaux-parents alors que nous aimerions être seuls. Nous disons oui alors que tout notre corps ressent non. Nous cherchons à être gentils plutôt qu’à être vrais. Ces petites trahisons nous éloignent de nous. A force d’être polis, nous devenons lisses comme des galets dont la mer aurait érodé les aspérités. Nous devenons socialement correct, mais loin de notre vérité. Petit à petit, jour après jour, goutte à goutte, sans même en prendre conscience. La peur de déplaire remplace l’élan de vivre. A force de caler nos comportements sur les attentes des autres, nous devenons des étrangers pour nous-même ».

Amen !!!

Vous l’aurez compris, si vous cherchez un roman facile à lire et rempli de conseils avisés en matière de développement personnel et de spiritualité, c’est celui-ci qu’il faut vous procurer !

Je terminerai pas cette dernière citation :

« Si je trouve parfois difficile d’être vrai, je trouve plus difficile encore de vivre en étant hors de soi, c’est pourquoi je choisis la voie de l’alignement ».

Commentaires

Si vous ne souhaitez pas vous connecter via Facebook, Twitter ou Google +, ni créer un compte Disqus, vous pouvez laisser un commentaire en tant qu'invité. Pour ce faire, cliquez sur "Nom" (sous le titre "ou inscrivez-vous sur Disqus") et cochez ensuite "Je préfère publier en tant qu'invité".

Aucun ancien commentaire.

Autres articles disponibles ...

« Ceux qui me connaissent m’appellent Bruno. Depuis l’enfance, je reçois les messages de personnes passées sur l’autre rive. Les âmes ne meurent jamais. Elles continuent à nous accompagner, nous guider et nous rendre meilleurs. »

Lire la suite...

Selma a réussi dans la vie, mais elle n’est pas heureuse. Placer le faire avant l’être l’a perdue. Elle rencontre alors un homme qui lui apprend que le bonheur est une valise légère et que la vie qu’on accueille apporte plus de joie que celle qu’on maîtrise.

Lire la suite...

Découvrez...