Blog Littéraire - Ce que l’argent dit de vous de Christian Junod - Suivre sa Joie - Saskia Parein
« L’ironie de la vie, c’est que dès que tu ne te préoccupes pas des biens matériels et du succès matériel, la voie est ouverte pour qu’ils circulent dans ta direction » - Neale Donald Walsch, Conversations avec dieu

Avez-vous déjà remarqué à quel point les gens sont tendus, mal à l’aise, discrets, timides, irritables, virulents lorsque le sujet de l’argent surgit dans une conversation ? 

On trouve dans Ce que l’argent dit de nous une hypothèse riche de sens :

« Notre rapport à l’argent serait-il le reflet de notre rapport à la vie et à l’amour ? Contrôle ou confiance, peur de manquer ou sécurité intérieure, programmation systématique ou lâcher prise discernant ? ». 
« Certains vont projeter sur l’argent la sécurité, la liberté, le pouvoir, les problèmes dans le monde, les angoisses… ».

Après quelques considérations à propos de l’argent, Christian Junod décrit les Money attitude. Entre la tendance écureuil, la tendance sabotage et la tendance montagne russe, chacun s’y retrouvera immanquablement dans les descriptions proposées, avec Joie ou dépit.

Ce qui m’a le plus appris, outre mon attitude concrète par rapport à l’argent qui rentre clairement dans une catégorie bien précise, est qu’un certain conditionnement est mis en place très tôt dans notre enfance, via notamment l’introduction de l’argent de poche. Le comportement adopté par nos proches et notre famille a également une influence certaine sur notre propre conduite. Les événements mis en place par la société toute entière jouent aussi sans conteste un rôle décisif, tels les fameux buffets à gogo lors desquels les participants « en veulent pour leur argent », quitte à s’en mettre plein la panse à outrance, faisant ainsi fi de leur santé. 

Dans le paragraphe intitulé :

« La confiance en la vie à la place de la peur », l’auteur écrit qu’« Être en paix avec l’argent ne signifie pas que vous n’aurez plus de désir d’achat, mais comme vous saurez que l’argent ne peut pas combler votre vide intérieur, vous n’achèterez plus pour tenter de satisfaire votre ego blessé ou pour combler une quelconque souffrance intérieure encore présente ». 

Et puisque s’interroger profondément sur notre rapport à l’argent comprend la réintégration de certaines de nos parts d’ombre, je vous félicite d’avance du courage dont vous ferez preuve lors de la lecture de ce bouquin.

Commentaires

Si vous ne souhaitez pas vous connecter via Facebook, Twitter ou Google +, ni créer un compte Disqus, vous pouvez laisser un commentaire en tant qu'invité. Pour ce faire, cliquez sur "Nom" (sous le titre "ou inscrivez-vous sur Disqus") et cochez ensuite "Je préfère publier en tant qu'invité".

Saskia Parein

15/12/2017
/
12:25 pm

Réponse à Christian Junod - Commentaire du 15/12/2017 / 12h04

Merci beaucoup Christian pour ce magnifique commentaire et vos très bons conseils s’agissant de l’abondance, que je ferai en sorte d’appliquer! Je vous souhaite tout le meilleur pour la suite!

Christian Junod

15/12/2017
/
12:04 pm

Merci Saskia pour cet article sur mon livre qui résume bien l’idée générale. J’adore aussi la citation de N.D Walsh qui est tellement parlante. Plus on veut quelque chose, plus cela créé de la pression donc de la résistance. L’abondance sous toutes ses formes part avant tout d’un endroit de gratitude pour ce qui est déjà que d’un endroit de manque (chercher à l’extérieur ce qui me manque à l’intérieur). L’énergie de l’un ou de l’autre est complètement différente et cela (me) demande de l’attention. Bonne lecture et que l’argent soit au service de vos projets de vie plutôt qu’un frein, un blocage ou une source de stress, tel est mon voeux.

Autres articles disponibles ...

Jen Sincero va vous projeter au-delà de vos peurs et des barrières qui maintiennent la réussite financière hors de votre portée. Dans ce livre, elle s’est inspirée de son histoire personnelle et explique sa propre transformation. Si c’était dans votre tête, ce sera bientôt dans votre poche !

Lire la suite...

Churla est une Indienne descendue des hauts-plateaux boliviens où vit encore ce qui reste du peuple Ayamara. Dès l’âge de sept ans elle fut initiée à l’art traditionnel des kalawayas (chamanes). Elle a également suivi des études de médecine, ce qui est exceptionnel pour une fille de paysans pauvres.

Lire la suite...

Découvrez...