Les 5 regrets des personnes en fin de vie

Blog Littéraire - Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware - Suivre sa Joie - Saskia Parein

Quand j’évoque le titre de ce livre à certains, je vois une sorte d’aversion. Comme s’ils me disaient qu’ils lisaient pour se distraire et non pas pour en découdre avec la mort. Pourtant, ce bouquin est probablement l’un des plus vivants qui soit.  

Bronnie Ware est une infirmière en soins palliatifs. Etre confrontée à la mort est donc le métier qu’elle a choisi. 

Face aux personnes en fin de vie, elle a décidé de leur demander quel était leur plus grand regret. Toutes, pourtant très différentes les unes des autres tant par leur parcours de vie que par leur milieu social, se sont rejointes sur un point : l’authenticité de l’Être. Contrairement à ce que pense la majorité, accumuler des biens matériels ainsi que refouler ses sentiments afin de ne pas faire de vague ne sont pas le gage d’une vie réussie, loin de là. 

Bronnie Ware partage avec nous non seulement les regrets des protagonistes de son livre, mais également ses propres états d’âme. Pour ne pas la citer en voici un extrait :

« (…) j’avais finalement réussi à séparer mes sentiments de ce que j’étais, réalisant qu’ils n’étaient qu’une expression émotionnelle de ma douleur ou de ma joie et non pas ce que j’étais vraiment. Comme tout le monde, je portais intérieurement la sagesse de mon âme. Mais pour connaître mon moi véritable, cette divine sagesse qui résidait en moi, je devais laisser sortir mes émotions. Sinon, elles continueraient à m’empêcher d’atteindre le potentiel de ce que j’étais venue incarner sur cette terre ». 

Les cinq regrets qu’elle énumère sont les suivants :

  • ‍« Je regrette de ne pas avoir eu le courage de mener une vie en restant fidèle à moi-même, plutôt que la vie que les autres attendaient de moi »
  • ‍« Je regrette d’avoir travaillé autant »
  • ‍« Je regrette de ne pas avoir eu le courage d’exprimer mes sentiments »
  • ‍« Je regrette de ne pas être resté en contact avec mes amis »
  • ‍« Je regrette de ne pas m’être permis d’être plus heureux »

Après avoir saisi comment les individus interrogés en sont venus à exprimer de tels regrets, vous ne verrez plus jamais la vie avec le même œil. Il me paraît impossible de rester insensible aux témoignages récoltés. Chaque lecteur se retrouvera forcément dans l’un, voire plusieurs aveux, si ce n’est dans tous, ce qui aura indéniablement une conséquence sur sa manière d’orienter sa propre existence. 

En tous les cas, ma vie a été profondément impactée par la lecture de ce bouquin et c’est tant mieux. 

Parmi les témoignages de personnes inconnues dans ce bouquin, il me paraissait opportun, pour terminer, de citer quelques un des derniers mots de Steve Jobs :

« J’ai atteint le sommet du succès dans les affaires. Aux yeux des autres, ma vie a été le symbole du succès. Toutefois, en dehors du travail, j’ai eu peu de joie. Enfin, ma richesse n’est rien de plus qu’un fait dans lequel je me suis habitué (…) En ce moment, allongé sur le lit d’hôpital et me rappelant toute ma vie, je me rends compte que tous les éloges et les richesses dont j’étais si fier ont été transformés en quelque chose d’insignifiant devant la mort imminente (…) C’est seulement maintenant que je comprends qu’une fois que nous avons accumulé assez d’argent pour le reste de notre vie, nous devons poursuivre d’autres objectifs qui ne sont pas liés à la richesse. Ils doivent être quelque chose de plus important, par exemple les histoires d’amour, l’art, les rêves de notre enfance (…) Que chacun agisse avec amour et occupez-vous de votre prochain ».
Laisser un commentaire

Commentaires

Si vous ne souhaitez pas vous connecter via Facebook, Twitter ou Google +, ni créer un compte Disqus, vous pouvez laisser un commentaire en tant qu'invité. Pour ce faire, cliquez sur "Nom" (sous le titre "ou inscrivez-vous sur Disqus") et cochez ensuite "Je préfère publier en tant qu'invité".

Aucun ancien commentaire.

Autres articles disponibles ...

Les recherches menées par le Dr Masaru Emoto sont révolutionnaires. Il a découvert que l’eau exposée à la vibration de mots bienveillants, par exemple merci ou amour, laissent apparaître des formes brillantes, complexes et colorées, rappelant les motifs des flocons de neige.

Lire la suite...

Après trois ans d’initiation en Mongolie, Corine Sombrun poursuit son apprentissage des rituels chamaniques à Paris. Elle s’interroge sur la nature de ses nouvelles facultés et sur ses responsabilités face à des espoirs parfois démesurés.

Lire la suite...

Découvrez aussi...